L’art et la manière, chez soandso ?

L’artisanat et la matière : une collection de savoir-faire, dont nous avons le secret.


Nous pourrions le garder, bel et bien scellé comme nos bijoux. Oui mais non.... notre secret de fabrication le plus précieux, c’est le partage, en toute confiance. Puisque cette passion en chaîne nous galvanise, nous vous proposons d’en être une maille. À chacun ses traditions ! Voilà les nôtres, serties de l’excellence française… bien gardée.


La création

Premier préalable de la fabrication : la maquette d’un gabarit, par des bijoutiers et maroquiniers.

La fonderie

Direction la Drôme provençale, autres quartiers bucoliques de soandso. Là-bas, de la première maquette réalisée à Aix-en-Provence est conçu un moule. Par fonderie à cire perdue, la pièce souhaitée est fabriquée en métal. Technique des métiers d’art, ce procédé est l’apanage de formes aussi fines que complexes.

Les finitions

Polissage ou sertissage, nos bijoux sont finis au doigt et à l’œil : les nôtres. Là ont lieu tous les assemblages, à la main quelles que soient les combinaisons, objets de tous nos soins.


La galvanoplastie


Un gros mot, certes, mais il galvanise nos bijoux, durablement. Prenez de l’argent massif 925 / 1000, voire du laiton pour quelques unes – rares - de nos références ; déposez-y une couche d’or par électrolyse… Traité tel quel en surface, voilà notre / votre bijou apprêté pour longtemps !


La tannerie


Cuir de chèvre, attendrissant la collection Caillou, ou vachette, adoucissant la collection Oursin, tous nos cuirs sont de provenance française ou italienne. Reconnus pour leur excellence, les deux mégissiers que nous avons choisis garantissent un tannage végétal : autrement dit, sans chrome. En bonus à ce développement durable, ces qualités de peau se patinent avec le temps. À porter sans modération…


La maroquinerie


Puisque le labeur ne s’arrête pas toujours au travail des métaux, cet atelier renommé est un autre allié précieux. Maître de la petite maroquinerie, depuis le gainage du cuir jusqu’à l’astiquage des tranches, il assure à nos bracelets un cousu artisanal et diverses subtilités haut la main. L’air de rien, l’air de tout, tout est histoire de détails.


Mais encore...


Des écrins, comme des bijoux
Du mélèze, du pin, des planches de wagon poncées et passées au bitume de Judée… D’anciens pupitres retravaillés en vitrines confidentielles… Des créations ex-nihilo sous le feu d’un ferronnier travaillant dans la tradition des métiers d’autrefois : à chaud, au marteau sur l’enclume. Huile de coude maison ou savoir-faire complémentaire, rien n’est trop beau, ni singulier pour mettre en valeur nos bagues, colliers, boucles d’oreille et bracelets.